carte blanche à Manu Lanvin & the devil blues

Invités PAUL PERSONNE, DIABOLO, gaëlle Buswel, +tba

mardi 17 Juillet 2018 - 23h

fr

Après trois premiers albums sortis entre 2000 et 2006 (" VENIR AU MONDE " " LES TEMPS MAUVAIS " et "  FAIBLE HUMAIN ") dans lesquels il mettait surtout l'accent sur la chanson Rock, Manu Lanvin a finalement trouvé sa voie la plus naturelle avec le Devil Blues, son power trio électrique. Après la sortie de l'album " MAUVAIS CASTING " " en 2012, les succès et les événements se sont enchainés à un rythme effréné :

Cent vingt dates de concerts en 2013 avec des scènes prestigieuses en Europe comme aux Etats-Unis dont le Cahors Blues Festival,une sélection pour représenter la France à Memphis lors de l'IBC (International Blues Challenge) en 2014.  Dans cette tournée infernale, le Devil Blues trouvera le temps de produire en 2014 le génial " SON(S) OF THE BLUES " qui conserve une grande partie de l'héritage musical du Sud des États-Unis et de la Highway 61 et. l'album " BLUES, BOOZE AND ROCK 'N' ROLL  sorti en septembre 2016 qui lui vaudra l'éloge de la presse musicale et la reconnaissance des professionnels; l'album est sélectionné comme " Meilleur album de l'année " par Le Parisien, son spectacle est retenu comme une des meilleures performances de l'année par le magazine Rock & Folk, et Manu est nominé comme " Meilleur interprète masculin " aux Globes de Cristal 2017. Enfin un Bluesman au milieu des grand noms de la scène française. !

Son dernier album " GRAND CASINO " ( sortie en avril 2018) est un pur album de Blues 'n' Roll où l'on découvre et savoure également avec délectation quelques duos avec des amis prestigieux tels que Taj Mahal, Beverly Jo Scott, Johnny Gallagher et Popa Chubby  Manu y est entouré de ses musiciens préférés, Jimi Montout (à la batterie), Nicolas Belanger (à la basse), Diabolo (à l'harmonica), Mike Latrell (aux claviers) et Jérémy Lacoste (à la Slide guitare ).

Acclamé par un public de plus en plus nombreux et salué par ses pairs, comme Paul Personne qui le rejoint régulièrement sur scène, Manu endosse parfaitement le costume du Bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie tout en restant un rocker optimiste qui prône la musique du diable pour un monde meilleur.

 

 

  • MENU